Lifestyle·Livres et réflexions·Société

Portrait du jour: l’écolo-bobo, ou l’arbre qui cache la forêt (3/6)

Nous poursuivons notre exploration socio-anthropologique avec une figure si galvaudée qu’on en viendrait presque à la négliger: l’écolo-bobo, vu par le dessinateur de BD Gaël De Meyere. Mais prenez garde: le vrai écolo-bobo n’est pas toujours celui qu’on croit…

Ecolo BoboLe bobo-écolo:

Le plus connu. Un cliché ambulant. Souvent issu de la génération Y, aussi appelée « génération Tchernobyl » par certains médecins car elle s’est pris le nuage radioactif en pleine tronche à un âge vulnérable, et en ressort avec une thyroïde souvent un rien foireuse (et non pas des antennes fluorescentes, je vous vois venir).
Son individualisme teinté d’altruisme laisse transparaître une réelle tentation hédoniste. Bien sûr, il n’est pas dénué d’ambiguïtés ou de contradictions, entre ses paniers bios et ses vacances à l’autre bout du monde, son altermondialisme latent et son consumérisme patent.
Néanmoins, n’ayant jamais connu autre chose que des crises (pétrolières, économiques, financières, alimentaires, écologiques, politiques…) depuis sa plus tendre enfance, il peut souvent jouer un rôle d’accélérateur de changement sociétal. Car il n’a vraiment pas grand-chose à perdre.
Etant devenu le spécimen le plus médiatisé de la sphère « écolo », le bobo-écolo sert un peu de paratonnerre à tous les autres en matière de quolibets. Au point d’être devenu une catégorie un peu fourre-tout, à l’instar de l’idiot: on est toujours le bobo-écolo d’un autre. Mais c’est un peu l’arbre qui cache la forêt.

Découvrez d’autres types d’écolos (ou celui que vous êtes!) dans l’article: Et vous, quel écolo êtes-vous?

Parce que « qui aime bien châtie bien », j’ai inauguré ce blog avec un article décrivant les différents types d’écolos, leurs tics, leurs travers et leurs motivations.

A l’occasion d’une collaboration avec le talentueux dessinateur de BD Gaël De Meyere, je vous propose maintenant de découvrir une version illustrée de quelques-uns des spécimens composant cette typologie « un rien » subjective et caricaturale.

Qui est Gaël De Meyere?

Après des études de Lettres à l’ULB, Gaël de Meyere décide de se consacrer à sa passion pour la BD. Fort de plusieurs années de cours de BD et de dessin, il réussit les examens d’entrée de Saint-Luc à Bruxelles, et s’inscrit donc en option BD. Là, il découvre l’univers du 9e art et de nouvelles techniques de mise en couleur.

En 2009, son talent convainc les éditions Casterman, qui lui proposent de reprendre la série « Cyclopes », initialement réalisée par Matz et Jacamon. Gaël De Meyere relève ce défi et deux albums paraissent, toujours scénarisés par Matz.

Après un long voyage en Asie au cours duquel son carnet de voyage prend la forme de quelques magnifiques et savoureuses planches (à découvrir sur son site!), il revient en Belgique, où il réalise notamment des illustrations pour diverses associations, dont Oxfam. Dès qu’il en a l’occasion, Gaël s’adonne également à la mise en BD de son univers quotidien, des tribulations de son quasi alter ego Pierre l’Alter (un héros-écolo des temps modernes) aux aventures de son adorable petite fille Rosie.
Pour découvrir son travail et son univers: http://www.gaeldemeyere.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s